Trace intérim détourne-t-il la loi sur les statuts ouvriers et employés?

Les militants de la CSC Mons-La Louvière ont manifesté jeudi matin devant le siège de la société d’Intérim Trace à Mons à qui le syndicat reproche un détournement de la loi sur les statuts ouvriers et employés.

Trace intérim détourne-t-il la loi sur les statuts ouvriers et employés?

Selon la CSC, un principe proposé par Trace pourrait conduire à une généralisation du travail intérimaire comme mode d’engagement.

La CSC Mons-La Louvière s’insurge contre la proposition de Trace faite par courrier aux entreprises de recourir à l’intérim dans le processus d’engagement d’un travailleur et ainsi de contourner la suppression de la période d’essai décidée par la loi harmonisant les statuts ouvriers et employés. La CSC reproche à Trace de vendre son produit en proposant des contrats ultra-flexibles à la semaine, sans obligation d’engagement, ni de préavis à donner.

«Nous voulons respecter strictement la loi», a indiqué Géraldine Garofalo de la CSC Mons-La Louvière. «Si une entreprise veut engager un travailleur, elle doit passer par un CDI. Nous refusons la proposition de Trace qui pourrait conduire à une généralisation du travail intérimaire comme mode d’engagement.»

Du côté de Trace, on estime les reproches de la CSC infondés, en précisant que «c’est dans l’intérêt de ses clients et de ses intérimaires que Trace les informe de cette possibilité, afin que les entreprises hésitent moins à recruter et qu’un maximum de candidats ait une chance de recevoir un contrat à durée indéterminée.»

L’agence Trace a refusé d’ouvrir ses portes jeudi matin aux manifestants, ce que la CSC déplore. «Si le dialogue n’est pas possible, d’autres actions plus dures et plus globales seront envisagées, « a averti le syndicat

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.