Le Parti Pirate torpille la politique «ringarde»

Pour «ouvrir le jeu», le petit Parti Pirate base son programme sur la participation citoyenne. Et veut relancer l’économie bruxelloise via… l’industrie du jeu vidéo «sérieux».

Julien Rensonnet
Le Parti Pirate torpille la politique «ringarde»

Comme ceux d'Anderlecht, les supporters du Parti Pirate portent fièrement le drapeau mauve. Mais leur navire n'est pas un stade et leurs cris ne résonnent pas: ils naviguent plutôt sur l'océan virtuel du web et communiquent davantage via les réseaux sociaux. Pour présenter leur programme en vue des régionales bruxelloises de mai, les Pirates ont cependant accosté dans le monde virtuel. Et c'est au Botkamp, la plus grande salle de jeu vidéo du Benelux, que ce petit parti a levé un voile sur ses idées. Dans une légère odeur de hot-dog et un petit parfum d'insurrection…