Mayeur pressé d'expulser les voitures de l'axe De Brouckère-Bourse

Le nouveau bourgmestre de la Ville de Bruxelles Yvan Mayeur (PS) entend mener la réflexion sur le projet de création d’un piétonnier entre les places de la Bourse et De Brouckère, à marche soutenue.

Mayeur pressé d'expulser les voitures de l'axe De Brouckère-Bourse

«Il faut décider vite sinon je sais ce qui va se passer, a indiqué le bourgmestre bruxellois dans le quotidien Le Soir de ce jeudi. On va être confronté à un tas d’experts et de comités qui vont donner leur avis bien entendu négatif. Sans compter les procédures légales qui sont une vraie partie de plaisir», a précisé le bourgmestre socialiste qui souhaite avancer par étapes.

Selon Le Soir, une décision devrait être annoncée fin janvier dans ce dossier.


+ LIREAUSSI | Mayeur avait prévenu: "Qu'ils abandonnent leur voiture!"
+ LIREAUSSI | Des nouvelles places de parking dans le centre
+ LIREAUSSI | Brüsel: "Un piétonnier? Je suis 100% pour"
+ LIREAUSSI | L'UCM veut un contrôle accru des zones de parking rouges
+ LIREAUSSI | Parkings de transit: "Marre de la stratégie de la démerde"

«Une ville est une ville»



L'association de mobilité Touring et le Groupement des commerçants du centre-ville de Bruxelles ont réagi avec colère jeudi matin à l'idée d'Yvan Mayeur.

"Nous sommes contre le fait de couper dans les grands axes", pointe Isabelle Norro, de Touring, qui insiste principalement sur l'importance économique du boulevard. "La campagne est à la campagne, et une ville reste une ville", résume-t-elle. "La ville est tout d'abord un centre économique. C'est bien de vouloir créer des piétonniers partout, mais nous sommes tout de même la capitale de l'Europe, avec beaucoup de trafic automobile", ajoute Isabelle Norro en rejetant l'idée qu'un piétonnier entre les places de la Bourse et De Brouckère serait un coup de pouce pour la qualité de vie des habitants.

Selon Touring, le trafic actuel de véhicules sur le boulevard serait en effet détourné vers les petites rues avoisinantes, où les habitations du centre-ville sont concentrées. "Les gens habitent dans ces petites rues, pas sur le boulevard. Ils n'ont pas de problèmes maintenant, alors pourquoi vouloir en créer? ", estime-t-elle.

"La mort des commerces"

Une vive inquiétude concernant les commerces est également exprimée du côté du Groupement des commerçants du centre-ville. "C'est une politique très dangereuse. Ce projet de piétonnier, ce serait la mort des commerces", tranche immédiatement Alain Berlinblau, président de l'association. "Il y a déjà très peu d'axes de pénétration menant au centre-ville. Et nous savons que 60% de la clientèle des commerces d'Anspach viennent faire leurs courses en voiture".

Se référant aux exemples montois et carolo, Alain Berlinblau considère que ce genre de projets est voué à l'échec commercial. "Nous voyons bien comment cela s'est passé dans d'autres villes de Belgique", note-t-il. "La création de zones piétonnes dans les quartiers commerçants, combinée à la construction de grands centres commerciaux excentrés a eu des conséquences désastreuses. A Bruxelles, ce sera pire. Trois centres commerciaux (Neo, Just under the Sky et Uplace, ndlr) vont être créés dans les environs, bénéficiant d'une accessibilité en voiture très facile et gratuite. Les gens se détourneront du centre-ville", assure Alain Berlinblau.

"Le parking coûte trop cher au client"

Quant à la promesse d'Yvan Mayeur de créer de nouvelles places de parking en ville, le président du Groupement des commerçants du centre n'y voit aucune compensation intéressante. "Nous ne sommes pas en manque d'emplacements de parking", note-t-il. "Le problème réel est que les places (des parkings souterrains du centre, ndlr) coûtent cher au client".

Isabelle Norro et Alain Berlinblau se montrent finalement très critiques quant à la volonté du successeur de Freddy Thielemans de prendre une décision au plus vite, par crainte que le projet soit ralenti par "un tas d'experts et de comités qui vont donner leur avis bien entendu négatif" ou des "procédures légales qui sont une vraie partie de plaisir".

"Nous lui rappelons que nous sommes une démocratie", lance Isabelle Norro. "Aucune décision ne peut être prise concernant le centre-ville sans que toutes les éventuelles conséquences aient été analysées". Alain Berlinblau confirme quant à lui que le Groupement des commerçants n'a pas (encore?) été consulté.