Ils kiffent être à walpé: voilà le rap des potagers bruxellois

Un collectif de pote recycle les clichés du rap pour une ode aux potagers urbains, aux toilettes sèches et aux vergers. Avec vue sur le skyline du quartier Nord depuis les herbes de Tour & Taxis. «Plus personne ne poireaute, yo!»

Julien Rensonnet

Ils sont trois. À poils dans la friche industrielle derrière Tour & Taxis, entre les arbres fruitiers des parcelles vertes épargnées du parc du Scheutbos, dans les vitrines des maraîchers de la Chaussée de Gand, entre les bacs potagers du toit de la Bibliothèque nationale ou en long du Canal. Grégori et Raphaël, grosses légumes de l’activisme dopés à la chlorophylle, et Adrien le maraîcher, exilé de Lille. Le quatrième, derrière la caméra, c’est Jérémy.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.