Un graffiti érotique qui interpelle l’Avenue Louise

Un tag «pornographique» en plein cœur de l’Avenue Louise interpelle les passants de l’artère la plus chic de Bruxelles. Une plainte a été déposée. Ce qui n’empêche pas certains d’apprécier l’œuvre.

Julien Rensonnet

C’est une femme seule. Les jambes écartées, elle s’adonne au plaisir solitaire. Bien cachée, mais aux yeux de tous, sur la couverture de briques rouges d’un pignon de la très chic Avenue Louise. Depuis quelques semaines et le départ d’un échafaudage, ce tag masturbatoire se dévoile aux yeux des passants de la Place Stéphanie, centre névralgique du commerce du haut bruxellois.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.