La Wallonie qui gagne

S’il y a un moment que tous les Wallons attendent, et en particulier les Namurois, c’est celui des Fêtes. Ces "Wallo" qui soufflent cette année cent bougies ont embrasé Charleroi ce week-end après les premiers feux de la semaine précédente. Elles porteront haut les couleurs jaune et rouge de notre identité régionale d’ici quelques jours à Namur, mais aussi à Liège et Mons. Au-delà du bonheur de les vivre intensément en famille, entre collègues ou avec des amis, elles offrent l’opportunité de questionner ce que nous sommes et vers quoi nous allons. Elles interrogent notre GPS intérieur. Quelle est la feuille de route ? Où nous situons-nous par rapport aux autres, et singulièrement à la Flandre, qui ne rate jamais l’occasion de vouloir donner des leçons ? La Wallonie manque-t-elle d’ambitions et d’audace, comme on l’entend si souvent dire ?

Didier Albin
didier albin
Didier Albin. ©EdA

Pour répondre à cette question, L’Avenir est parti à la rencontre des acteurs de la croissance dans des secteurs clés de notre économie. Nous sommes allés sur le terrain écouter des leaders, des entrepreneurs passionnés, regarder comment ils ont changé leur logiciel pour atteindre leurs objectifs et performer. Car oui, nous ne nous contentons pas d’être bons ou seulement un peu au-dessus de la moyenne ; il y a des domaines dans lesquels nous sommes carrément excellents. Au quotidien, des femmes et des hommes investissent, innovent, réussissent. Leurs succès font notre richesse et doivent faire notre fierté. Ils contribuent à notre notoriété dans un monde de plus en plus globalisé.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...