Le « mauvais chasseur »

La chasse. Une activité souvent mal comprise, critiquée, mais qui garde ses défenseurs. Elle est dans la nature de l’homme et y demeure ancrée. Le nombre de pratiquants en Belgique continue à s’élever, doucement, sûrement, tel le canon du fusil pointé sur l’envol d’un colvert vers les nuages. Quand la tendance du moment est au retour à la nature, chacun va y puiser la dose d’adrénaline qu’il souhaite y trouver.

J.-C. Herminaire
Le « mauvais chasseur »

Avec près de vingt mille détenteurs d’un permis de chasser, les adeptes n’en constituent pas moins un groupe très minoritaire. Moins de 0,6% de la population wallonne. C’est que ce loisir, ce sport ou cette passion – chacun voit cela dans le viseur de son œillère –, n’est plus à la portée de toutes les gibecières.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...