D’une corruption à l’autre

Des personnalités politiques haut placées, un contexte économique particulièrement propice au détournement de fonds, de (très) grosses sommes en liquide et une autorité anticorruption proactive et déterminée: le scandale de corruption qui ébranle le gouvernement ukrainien possède quelques similitudes avec celui qui secoue le Parlement européen ces jours-ci. Même si le jeu des comparaisons s’arrête là, la concomitance de ces affaires montre de façon éclatante que la corruption peut frapper quiconque, partout, et à n’importe quel moment.

Clément Boileau
D’une corruption à l’autre

On notera que l’Ukraine, comme le Parlement européen, ont adopté peu ou prou la même attitude: faire le ménage (quand c’était possible), et promettre des réformes structurelles. Mais il faut d’abord montrer l’exemple et, à ce jeu-là, on trébuche vite à son propre jeu. La présidente du Parlement européen Roberta Metsola s’en est vite aperçue ; en voulant publier la liste des présents reçus et des voyages effectués (contrairement à tous ses prédécesseurs) au nom du Parlement européen, voilà que la Maltaise est sommée de s’expliquer sur un séjour dans un luxueux hôtel français payé par une fédération viticole.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...