L’Iran, un miroir moral, déformant et cruel

L’Iran met la Belgique face à de fameux dilemmes moraux. Ce lundi, trois ressortissants iraniens n’ayant pas obtenu le statut de réfugié devaient être reconduits en Turquie, avant une possible expulsion vers leur pays d’origine. Mais voilà, ils ont fait savoir qu’ils ont participé aux manifestations antirégime qui secouent l’Iran depuis des mois, et qu’ils risquaient donc leur vie en cas d’expulsion.

Clément Boileau
L’Iran, un miroir moral, déformant et cruel

Parce qu’ils ont refusé de monter dans l’avion, qu’une poignée de soutiens ont protesté à l’aéroport de Zaventem et que les médias se sont fait l’écho des dangers qui pèsent sur eux, ces trois hommes n’ont finalement pas été expulsés.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...