Drogues : penser autrement

Il n’y aura pas de militaires déployés dans le port d’Anvers. La question "ne se pose pas" estime la ministre de la Défense qui n’y voit aucune plus-value dans la lutte contre la criminalité liée à la drogue, les soldats n’ayant pas de pouvoir de police, et peu de facultés d’enquêteurs. Ludivine Dedonder n’est heureusement pas la seule, au sein de la majorité fédérale, à trouver "mauvaise" cette idée pourtant relayée par son collègue MR David Clarinval.

J.-CH. Herminaire
Drogues : penser autrement

Le problème est sérieux. Il mérite mieux que des suggestions simplistes, aux relents populistes. La Belgique n’est ni le Mexique ni la Colombie, mais si les autorités ne prennent pas la mesure de cette criminalité, elle s’installera durablement. On s’y dirige déjà. La mort d’une fillette de 11 ans, tuée par balle lundi, victime innocente de la guerre menée à l’arme lourde par les trafiquants dans la métropole anversoise, est venue nous rappeler d’une façon brutale combien ce phénomène prend une ampleur intolérable. "Il y aura d’autres tragédies", a prévenu le ministre Van Quickenborne, lui-même directement menacé.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...