Attentats : ne pas perdre la face

Le procès des attentats de Bruxelles connaîtra-t-il un jour les conditions nécessaires et suffisantes pour un déroulement respectable et décent ?

Albert Jallet
Attentats : ne pas perdre la face

Pas sûr. Tant le pouvoir politique, ici l’exécutif dans le chef du ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne, s’immisce indirectement dans l’action du pouvoir judiciaire.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...