Le pape mal-aimé

De l’avis d’un certain nombre de spécialistes de l’Église catholique et de la papauté, Benoît XVI, décédé ce samedi, était un " incompris ", ce qui expliquerait qu’il fut si mal-aimé du " grand public " durant son pontificat (mais aussi après).

Clément boileau
Le pape mal-aimé

Ce brillant théologien, nous explique-t-on, entendait en fait rapprocher les croyants de l’Église, et pour ce faire il ne voyait pas d’un bon œil que l’on s’éloigne des dogmes chrétiens – ce qui le classe, de facto, dans la catégorie des papes dits "conservateurs", lui qui, pourtant, s’était montré partisan d’une forme d’ouverture lors du concile de Vatican II.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...