Le choix des mots

Dès l’annonce de la tragédie survenue à Vaudignies, les réactions ont fusé. Ils sont nombreux.ses à avoir critiqué les termes utilisés par plusieurs journalistes, tous médias confondus, évoquant un " drame familial " au lieu d’un féminicide et de deux infanticides. Et ce avec raison. Ainsi, l’AJP (Association des Journalistes Professionnels) recommande à ses membres d’éviter certains mots, qui peuvent entraîner une " victimisation secondaire " ou encore perpétuer des stéréotypes qui tronquent la réalité: " L’assassinat d’une femme par son mari n’est pas un " drame familial " […] Les violences contre les femmes ne sont pas une " affaire privée ". Les auteurs de violences n’ont pas à être " excusés " par leurs " sentiments "…

Pascal Lepoutte
Le choix des mots

Quels que soient les mots, la douleur des proches, parents, grands-parents, enfants, oncles, tantes, cousins…. ou ami.e.s des victimes, reste indicible.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...