Réjouissons-nous, malgré tout

Voici douze mois, ici-même, nous usions de fiction et d’un brin d’ironie au moment de nous projeter vers l’année qui s’achève. Les querelles partisanes des décideurs politiques ? Au placard ! Rangées, les foires d’empoigne entre experts de la crise sanitaire. Enfin digne, la réponse des autorités aux flux migratoires de populations déboussolées. Définitivement hors jeu, la bêtise de pseudo-supporters de football. Un peuple fier de ses dirigeants unanimes pour déjouer efficacement les plans du dérèglement climatique. C’est ce que nous souhaitions pour 2022. La douche froide ! À l’aube de 2023, on déchante sur toute la ligne, ou presque.

Thierry Remacle
Réjouissons-nous, malgré tout

Mais il serait simpliste et injuste de tirer sur l’ambulance. Il faut le reconnaître, personne n’avait prévu que la barbarie allait meurtrir à jamais la chair de tout un peuple, à la lisière de chez nous. Ni que cette guerre à laquelle nous n’étions pas préparés, allait à ce point nous ouvrir les yeux sur la capacité de Moscou de jouer avec la sécurité mondiale, qu’elle allait aussi à ce point modifier notre quotidien.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...