La drogue et l’autruche

Si l’on considère qu’il n’y a pas de société sans drogue, l’école n’y fait pas exception. La crise sanitaire a eu un impact indéniable sur la santé mentale des jeunes et leur bien-être. Et par là, un impact sur leur consommation de drogues ? Forcés de ne plus se voir, se réunir, ni même s’embrasser, les jeunes y ont trouvé là peut-être une source de plaisir, notent des acteurs de terrain. Une échappatoire face à l’ennui, au stress, pour certains. Mais aucun chiffre pour l’objectiver. Juste des ressentis.

Caroline Fixelles
La drogue et l’autruche

Dans les écoles, certains élèves ne se cachent plus. "Comme si avec le Covid, ils avaient désormais quelque chose à revendiquer." Pendant deux ans, les messages de prévention ne sont plus parvenus, ou moins, aux oreilles des jeunes. Et dans les centres PMS, on peine à relancer la machine, acculés par les nombreuses demandes d’élèves en souffrance.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...