Exercice d’hygiène démocratique

On a fait des folies avec les deniers publics au Parlement wallon. Les constats, même incomplets à ce stade, sont suffisamment accablants pour que plus personne ne le conteste. La question qui se pose maintenant, et sans doute pour encore quelques mois: comment se fait-il que l’emballement ait pris une telle ampleur ? " Le Parlement wallon a voulu commander une Mercedes. Il a reçu une Rolls-Royce. Mais il paie une Rolls-Royce ", résume le MR Jean-Paul Wahl, lors des débats sur la création d’une nouvelle commission chargée de mesurer, à l’avenir, le bien-fondé des dépenses de l’assemblée.

Pascale Serret
Personnel EdA - 06/2008 Trombinoscope 
Pascale Serret-Bragulat
Personnel EdA - 06/2008 Trombinoscope Pascale Serret-Bragulat

Cette nouvelle commission ne pourra pas revenir sur les décisions prises par le passé et qui ont fait surgir de terre (ou sous terre) un molosse budgétaire de 46 millions et un tunnel de 3 millions. Mais si elle tient ses promesses, elle permettra aux députés de tous les groupes de voir venir les commandes d’autres "Mercedes", pour reprendre l’image du député Wahl. Les députés seront aussi en mesure d’interpeller l’organe de gestion du Parlement (le bureau) pour savoir si on a même besoin d’une grosse bagnole pour faire son job, au fond.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.