La peur du pire

Mardi soir, le monde a découvert l’existence du village polonais de Przewodow, situé à deux pas de la frontière ukrainienne. C’est là que deux missiles ont terminé leur course destructrice en tuant deux citoyens polonais. Mardi soir, la paix mondiale n’a tenu qu’à un fil.

Albert Jallet
La peur du pire

Jusqu’à présent, le conflit entre l’Ukraine et la Russie était circonscrit au territoire ukrainien. Avec ces deux engins meurtriers plantés dans le sol polonais, on pouvait craindre le pire, la Pologne étant un État membre de l’OTAN. Or, c’est clair: "l’article 5 du traité de l’Alliance atlantique stipule que si un État membre est victime d’une attaque armée, les autres considéreront cet acte de violence comme une attaque armée dirigée contre l’ensemble des membres et prendront les mesures jugées nécessaires pour venir en aide au pays attaqué."