En P1, la plupart des favoris sont au rendez-vous (commentaire)

Daniel Jonette, chef des sports de l'Avenir Luxembourg, commente le week-end en P1.

D. J.
 Daniel Jonette (Ruette), chef de service
Daniel Jonette (Ruette), chef de service

Les Sartois coincent un peu, tant dans les chiffres que dans la manière, et l’ont confirmé devant Ethe, cédant du même coup une place de leader conquise contre toute attente quelques semaines plus tôt. Sans qu’il y ait bien sûr péril en la demeure, les hommes de Faymonville doivent désormais éviter la spirale négative dans ce championnat où l’on peut vite passer du grenier à la cave.

Et inversement. S’ils veulent le démontrer, les Freylangeois, toujours englués en bas de tableau, devront cependant se sortir autrement les tripes. Malgré le changement d’entraîneur, l’impact sur la pelouse n’est pas suffisant. Quand on aligne des joueurs de la trempe de Leoni, Warlomont ou N’Diaye, l’excuse d’un noyau étriqué et mal équilibré peut servir pour expliquer l’absence de l’équipe en haut de tableau. Beaucoup moins son mutisme contre Ethe, Longlier et Vaux-Noville (trois de ses cinq derniers matches).

Dans cette série où le nombre de descendants relève de la plus totale des incertitudes, les Freylangeois, alors qu’on va atteindre la mi-parcours, ne peuvent quasiment plus rêver de rappliquer à hauteur des premiers. Ethe, qui a trouvé sa vitesse de croisière, Oppagne et Gouvy, descendants de D3 et forces tranquilles de cette division, sont, eux, bel et bien au rendez-vous. Et Arlon, avec Longlier à sa hauteur, est toujours dans le coup, d’autant que son irrégularité chronique a tendance à s’estomper. Quand on y regarde bien, c’est donc la majeure partie des favoris qui occupe désormais les avant-postes. Tandis que les quatre promus, dans un étonnant tir groupé, n’ont pas encore intérêt à se séparer de leurs rétroviseurs… D. J.