Rome ne s’est pas faite en un jour, Ethe non plus (commentaire)

Daniel Jonette, chef des sports de l'Avenir Luxembourg, commente le week-end en P1.

D. J.
Daniel Jonette , chef de service
Daniel Jonette , chef de service

Sébastien Cognart avait raison, lorsqu’il affirmait, voilà peu, que son équipe était encore en pleine construction, qu’il fallait lui laisser du temps. Nantie alors de 7 points après autant de journées, l’équipe cassidje se trouvait à l’aube de son redressement et d’un 12/12 qui vient de la ramener à trois unités du leader sartois juste avant de le défier. À point nommé donc, pour une équipe qui a révélé toute sa consistance face à Oppagne

Les joueurs de Quentin Faymonville n’en diront pas autant. Ils accusent clairement le coup depuis qu’ils ont empoché la 1re tranche et devront se priver de Barbette et L. Burton pour accueillir les Cassidjes. Vainqueur des Sartois dimanche, Arlon réalise aussi une juteuse opération, mais on attendra que l’équipe du chef-lieu (3 victoires, autant de défaites sur les six derniers matches) gagne en régularité avant d’en (re)faire un candidat aux lauriers.

Battu aussi hier, par un Vaux-Noville décidément imprévisible, Gouvy a encore manqué un penalty. Et, sans ces ratés, occuperait sans doute la tête d’un classement décidément très serré. Au sein duquel Longlier, sans faire de bruit, sans encaisser ni marquer plus de deux buts par match, se place dans une idéale position d’attente.

À l’opposé du tableau, tandis que la situation et les prestations rochoises n’incitent décidément pas à l’optimisme, Freylange cultive ce paradoxe d’occuper l’avant-dernière place avec une différence de buts positive (19-18). La preuve que les soucis freylangeois se situent principalement dans une arrière-garde sanctionnée samedi par des Chaumontois qui, en six matches à domicile, ont inscrit 6 buts. Et empoché 9 points. D. J.