L’hypocrisie, insupportable

Les COP se suivent, se ressemblent dans leurs enjeux, leurs débats, mais ces grand-messes climatiques s’engluent le plus souvent dans des promesses peu ou mal tenues. Tels des goélands aux ailes alourdies de mazout, peinant, disgracieux, à prendre leur envol. De quoi perdre tout optimisme sur la volonté réelle des dirigeants de ce monde de nous sauver de la pollution qui empoisonne, et sur leur capacité à prendre la mesure de l’urgence d’une situation critique. 

J.-CH. HERMINAIRE
L’hypocrisie, insupportable

Cette fois – mais on pourrait dire cette fois encore – il faudra aboutir sur du concret, en bord de mer Rouge, dans le cadre idyllique de la station balnéaire de Sharm-el-Sheikh où vont se presser les délégations mondiales. Et avant tout régler la question cruciale du financement des mesures qui permettront à l’ensemble des pays de s’adapter aux conséquences du réchauffement climatique, bien réel, et à en supporter les dommages.