EDITO | Privés de sport cet hiver ?

Les premiers chiffres ne laissent guère planer de doutes : l’hiver va faire des ravages parmi les clubs sportifs wallons. Et sans aide, certains pourraient y laisser leur matricule.

Arnaud wéry
EDITO | Privés de sport cet hiver ?
©EdA

Quasi tous les sports (à l’exception de quelques disciplines comme le cyclisme et le jogging), peu importe l’infrastructure et peu importe la météo, la crise énergétique va frapper les clubs durement.

La crise de l’énergie fait trembler le sport amateur en Wallonie

Il n’est pas encore trop tard pour prendre des initiatives mais personne ne peut mesurer l’impact réel de celles-ci sur les futures factures. Et ces associations de bénévoles sont peu, voire mal équipées pour faire face à la catastrophe qui va s’abattre sur eux.

Organiser des activités pour faire rentrer de l’argent dans les caisses ? Une piste qui sera pas mal exploitée par les clubs mais à quel coût et combien de personnes pourront financièrement y participer ?

Faire appel aux sponsors semble tout autant limité, voire hypothétique. Pas sûr que le boulanger du coin puisse encore se permettre de soutenir le club.

Et l’appel au monde politique ? Certains espèrent un geste, d’autres ont déjà fait une croix dessus, ne comptant que sur eux-mêmes. Peu d’espoir que les éventuels fonds qui pourraient être libérés lors de l’actuel conclave budgétaire au niveau de la Communauté Wallonie-Bruxelles soient mirobolants.

Une aide exceptionnelle des Communes ? Elles doivent déjà gratter les fonds de tiroirs.

Bien sûr, des clubs ont la chance de bénéficier de contrats énergétiques fixes. Ils seront protégés encore pour quelles semaines, quelques mois, pourront peut-être même voir venir le printemps.

Mais un match, ça se joue à deux équipes. C’est tout un secteur qu’il faut soutenir ou appuyer sur pause l’espace d’un hiver.

Une décision radicale et pas facile mais qu’il faudrait peut-être envisager rapidement si aucune aide n’est annoncée.

Sans cela, les compétitions risquent bien d’être faussées pour cause d’entraînements bâclés ou non donnés à cause de l’éclairage ou d’absence de chauffage, de matches remis faute d’équipe.

Une pause forcée pour espérer mieux revenir au printemps.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...