Le TEC et la SNCB pris par surprise !

Stupéfiantes réponses de la SNCB et du TEC aux étudiants luxembourgeois serrés comme des sardines au fond des trains et des bus, pour le retour aux études supérieures dimanche dernier fin de journée. « On ne pouvait anticiper le comportement de mobilité des étudiants à la rentrée », dit-on au TEC ! Ah bon, depuis des dizaines d’années, la rentrée dans le cycle supérieur est programmée le troisième lundi de septembre. « Comportement de mobilité ? » Quoi ? Ils pensaient peut-être que les étudiants allaient rejoindre l’unif à vélo ? « On va activer un monitoring pour objectiver la situation », explique-t-on à la SNCB. Que les étudiants leur envoient leurs clichés pris dans les trains dimanche soir. « Demandons aux étudiants d’étaler leurs heures de retour », insiste-t-on au TEC. Bein voyons ! Étudiant, rentre le samedi matin pour éviter les transports en commun bondés du vendredi soir et retourne le dimanche à 14h sans prendre le dessert au repas familial. « Le TEC réfléchit. » Merci de le préciser. Mais bon sang, les vraies raisons suffisent, pas besoin de blabla : le désinvestissement, le manque de moyens, les ennuis techniques, l’absence d’anticipation, les travaux sur la ligne, trop peu de chauffeurs. Ah oui, on ne vous a pas asséné la conclusion : « Pas de promesse. Le problème est à l’examen. » Déjà ?

daniel lapraille
Daniel Lapraille redacteur en chef l'Avenir Luxembourg
Daniel Lapraille redacteur en chef l'Avenir Luxembourg