La fin plus que probable de Solières

« Si l’un de nous part, alors, on partira tous. C’est une promesse qu’on s’est faite. » En juin 2020, José Lardot était clair quant à ses intentions avec le club soliérois, liant son destin à celui de Jean-Marc Fortin, Fred Deleuze et Jean-Paul Remacle, les quatre boss du club. Un peu comme le « un pour tous, tous pour un » des mousquetaires. Depuis, on sait que pour des raisons personnelles, le dernier cité a pris beaucoup de recul avec le club. Les trois autres ont pourtant maintenu leurs engagements, rendant d’ailleurs Solières plus compétitif que jamais. Le Givois Lardot avait même annoncé il y a peu vouloir construire un grand club sur les hauteurs de Huy, jouer le titre en D2 ACFF et doter, bientôt, le stade d’une tribune qu’il avait d’ailleurs déjà commandée. Tout cela sur un fond de fusion (quasi) programmée avec Huy à l’aube de la saison 2023-2024. 

Anthony RIZZI
La fin plus que probable de Solières

Quid de la suite?En off, "cela sent le roussi" nous dit-on. On voit mal en effet le duo Fortin-Deleuze continuer seuls à bord.C’est d’ailleurs un secret de polichinelle que ce duo, issu d’un autre monde que le foot, est un peu lassé par les exigences et contraintes liées par la gestion journalière d’un club.Lardot était le trait d’union, le tampon parfait entre ces deux managers déjà bien occupés par des obligations professionnelles très lourdes.Lardot était aussi le cheval de bataille des ambitions soliéroises. Celui qui, tel un pur-sang voyant la ligne d’arrivée, tirait le reste du troupeau à la force du jarret.Son retrait sonne le glas des ambitions soliéroises et peut-être même de Solières tout court.Un pour tous, tous pour Solières…