Le Luxembourg ne se sent pas écouté

Pourquoi le combat d’un village contre l’implantation d’une maison de détention remue-t-il au-delà du cas précis ? Le ministre fédéral Van Quickenborne, dans son souhait d’implanter une prison dans chaque province, a jeté son dévolu sur Chanly, paisible village de Wellin de quelque 600 âmes. L’implantation du bâtiment dans un village, à proximité d’un home pour enfants, dans un environnement peu propice à la réinsertion active la riposte d’un monde rural au côté des riverains qui mènent le combat. Si le phénomène du « Partout, mais pas chez moi » joue incontestablement, que des députés luxembourgeois, des bourgmestres de communes voisines montent à la barre et en appellent même à un front uni des 44 mayeurs révèle autre chose. Au-delà du dossier concerné, se manifeste ainsi un ressentiment de la ruralité face au manque de considération des décideurs. Les villes wallonnes sont davantage gâtées que les gros villages, malgré le plan « ambitions communes » ; la perte des services publics s’accélère ; la Région étouffe la marque Ardenne dans Visitwallonia. Le paradoxe en l’occurrence fait que ce que le bourgmestre Closson aurait pu accueillir dans un premier temps comme un cadeau se transforme en un symbole d’un désintérêt des décideurs pour le Luxembourg qui ne se sent pas écouté.

Daniel Lapraille
Daniel Lapraille redacteur en chef l'Avenir Luxembourg
Daniel Lapraille redacteur en chef l'Avenir Luxembourg