Le pari du rail

Quand on construit une maison, on demande d’abord à un architecte d’en dresser les plans.  C’est l’image qu’utilise le ministre fédéral de la Mobilité pour appuyer son plan « Vision Rail 2040 », approuvé en conseil des ministres par les sept partis du gouvernement. Une feuille de route qui, dans le délai des vingt prochaines années, porte l’ambition de faire du transport ferroviaire « la colonne vertébrale de la mobilité » du pays. Défi ambitieux et combien difficile. 

Jean-Christophe Herminaire
Le pari du rail

Mais dans une Belgique qui, trop souvent, se gouverne avec des politiques à la petite semaine, nous n’allons pas reprocher à Georges Gilkinet de mettre sur les rails une conduite à long terme. "On a un cap et on s’y tiendra" , promet-il. "Enfin" , pourrions-nous ajouter. Tout en sachant que 20 ans, c’est aussi l’espace-temps englouti par le seul chantier d’un RER dont, côté wallon, le bout du tunnel n’émerge toujours pas.