Macron, la Russie et le RER wallon dans le même Presse-Citron

Apparemment, il n’est pas si simple pour les entreprises occidentales de quitter la Russie. Un seul exemple : si vous licenciez tout votre personnel, l’État russe vous nationalise aussitôt pour « sauver l’emploi ». Eh oui, la Russie, c’est pas la Wal

Xavier Diskeuve

Apparemment, il n’est pas si simple pour les entreprises occidentales de quitter la Russie. Un seul exemple: si vous licenciez tout votre personnel, l’État russe vous nationalise aussitôt pour " sauver l’emploi ». Eh oui, la Russie, c’est pas la Wallonie, où un Caterpillar peut se barrer du jour au lendemain sans rembourser les aides publiques et sans qu’aucun gouvernement ne puisse rien empêcher. Si la Belgique attaquait le Grand-Duché, je n’ose imaginer les sanctions immédiates: Ryan Air quittant Charleroi, Alibaba désertant Bierset, GSK fuyant le BW, saisie en prime du yacht d’Albert et Paola… On ne tiendrait pas trois jours.