Le ras-le-bol de Pierrard

«Pour des raisons privées, personnelles et de santé.» Loïc Pierrard connaît la formule consacrée. Échevin de Chiny durant huit ans, Premier échevin depuis un an, le jeune homme a jeté l’éponge.

Le ras-le-bol de Pierrard
©EDA Claudy Petit
Daniel Lapraille

Contacté, il s’est refermé comme une huître, ne voulant pas ajouter un mot de plus. «Je n’ai rien de spécial à dire par rapport à une décision personnelle, privée et de santé. J’ai toujours respecté le choix de chacune et chacun. C’était un échevin compétent», commente simplement son bourgmestre Sébastian Pirlot, refusant également d’en dire plus. Que cache ce mutisme? Loïc Pierrard se sentait-il encore bien dans le collège à Chiny? À l’évidence non. Il y était d’ailleurs tellement mal qu’il craignait que son bien-être et son équilibre personnel s’en trouvent affectés. En 2018, l’ex-échevin avait réussi le deuxième score personnel derrière Sébastian Pirlot, malgré l’abandon forcé de la dernière place de la liste. Une conséquence de la liste unique qui avait entraîné l’ajout de quatre candidats. La tension s’était installée entre les deux hommes lors de cette mandature. C’est le bourgmestre qui a présenté le budget lors d’une séance où Loïc Pierrard était officiellement absent pour des raisons de santé. Le bourgmestre Pirlot ne fait pas dans la diplomatie, son ex-Premier échevin Pierrard non plus. Le clash entre le socialiste et l’humaniste semblait inévitable depuis quelque temps. Maintenant, Loïc Pierrard a le temps de fourbir ses armes avant le prochain scrutin communal. Auquel participera Sébastian Pirlot? Celui-ci avait annoncé fermement son arrêt au terme de ce mandat, avant de laisser une fenêtre ouverte.