Parking C

Cette semaine, on a roulé du ballon comme on roulerait des mécaniques. Tout ça pour planter gazon et tribunes en territoire flamand, appartenant à Bruxelles ville.

Catherine ernens
Parking C
Catherine Ernens ©EDA

Le parking C est soudain devenu aussi célèbre que la Grand-Place ou Mannenkenpis. Cette morne plaine allongée sur le plateau du Heysel est à deux pas de l’actuel stade Roi Baudouin. Y planter le nouveau stade a sa logique pragmatique. Dans ce pays de baronnies et de fiefs sous-localistes, il faut bien planter ce stade de foot indispensable à l’Euro 2020 en un lieu. Dans ce pays souvent insensé, on ne va pas, cette fois, mettre la moitié des tribunes à Liège, l’autre à Charleroi, les VIP à Mons, un goal à Bruxelles, l’autre en Flandre. Bon. Mais enfin, vu de Wallonie, et sans concertation, ce projet a énervé le ministre des Sports. D’autant que notre homme porte le bon mot comme une fleur au fusil. Il s’agit chez lui d’une seconde nature, ma foi, assez touchante. André Antoine a donc grincé un : « J’adore la Grimbergen, blonde ou brune, mais c’est toujours une mise en bière. Et je pense que ce projet va y ressembler… ».

Quelques cigognes plus tard, et les battements d'aile d'un président de parti (Lutgen Benoît) mué en Colombe de la paix, le parking C mort-né renaissait de ses cendres. Le ministre-président bruxellois (Rudy Vervoort, PS) a filé quelques blondes de Grimbergen pour aplanir cette discorde. André Antoine en est resté pour ses frais. Qu'à cela ne tienne. Le parking C étant barricadé, il a planté ses sabots ailleurs. Et cette fois, il a choisi un terreau parfait pour son cdH et son président. «On essaie l'élargissement de l'euthanasie via la bande des pneus crevés via une majorité alternative», a-t-il résumé. Heureusement, il n'a pas réitéré le coup de la mise en bière. Concernant le projet euthanasie, quelques Grimbergen n'auraient pas suffi, cette fois, à effacer l'indélicat impair.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...