Bien choisir ses châssis, portes et fenêtres

Bois, PVC, aluminium ou acier sont les principaux matériaux utilisés pour les châssis: avantages, inconvénients et performances thermiques.

Dominique Nuydt
Bien choisir ses châssis, portes et fenêtres
©Dvid - stock.adobe.com 

Choisir les bonnes menuiseries extérieures est loin d’être évident vu l’offre présente sur le marché. Afin de vous aider dans ce choix délicat, nous allons prendre cinq critères en considération: le rapport qualité/prix, l’isolation thermique et acoustique, la durée de vie, la sécurité et l’esthétique. Les châssis et le vitrage jouent un rôle important dans les déperditions énergétiques d’une maison et sont responsables de 15 à 20% des pertes totales. Nous le savons, l’habitat wallon est relativement ancien et peu performant en matière de performance énergétique. Certaines demeures, même si elles se font plus rares, ont encore du simple vitrage et/ou des châssis qui laissent passer l’air extérieur. Dans cette hypothèse extrême, les déperditions de chaleur peuvent même atteindre jusqu’à 40% du total ! En ces temps où les coûts de l’énergie atteignent des sommets inégalés, l’urgence est de parfaire l’isolation de l’habitat à la fois pour des raisons financières mais aussi pour limiter l’impact des émanations de gaz à effet de serre du chauffage domestique.

Viser la performance énergétique

Le coefficient de transmission thermique U est la valeur d’isolation d’une construction ou d’un matériau, elle s’exprime W/m²K (watts par mètre carré-kelvin). Plus cette valeur sera basse, meilleure sera l’isolation. Pour l’ensemble châssis/fenêtre, on utilisera plutôt le coefficient Uw (w pour l’anglais windows). Les châssis en bois offrent la meilleure isolation thermique avec une valeur U de 0,8 (0,63 W/m²K) devant le PVC 1,2 (0,78 W/m²K), l’aluminium 1,5 (0,8 W/m²K) et l’acier 2,6 (1,9 W/m²K). Il est à noter que nombre de fabricants proposent aujourd’hui des produits mixtes combinant deux matériaux, par exemple aluminium/PVC, bois/PVC ou aluminium/bois. La qualité et le type de vitrage entre également dans le calcul global de la performance énergétique.

Le simple vitrage est définitivement proscrit en raison de ses faibles performances énergétiques, mais vous avez le choix entre le double ou le triple vitrage. Les fenêtres à double vitrage sont constituées de deux feuilles de verre séparées par un espace d’air ou de gaz, souvent de l’argon qui est un excellent isolant thermique. Elles se composent de trois couches, deux feuilles de verre séparées par une lame d’air ou de gaz. Vous trouverez souvent des annotations du type 4/12/4 ou 4/16/4 qui signifient 4 mm de verre, 12 mm d’air ou de gaz et 4 mm de verre. Le double vitrage avec l’argon est plus performant que celui qui n’utilise que de l’air. Les fenêtres à triple vitrage, quant à elles, sont constituées de trois feuilles de verre séparées par des espaces d’air ou de gaz. Elles offrent une meilleure isolation thermique que le double vitrage car il y a deux espaces d’air ou de gaz pour empêcher la chaleur de s’échapper. Les fenêtres à triple vitrage sont généralement utilisées dans les régions extrêmement froides pour aider à maintenir la chaleur à l’intérieur de la maison tout en offrant une meilleure isolation acoustique. En raison de leur coût élevé, elles ne sont pas toujours conseillées car elles présentent aussi des inconvénients dont celui de limiter l’effet bénéfique des rayons du soleil en hiver. Le triple vitrage s’utilise principalement dans des maisons passives, mais ce n’est cependant pas obligatoire pour obtenir de bonnes performances énergétiques.

Les plus consultés depuis 24h

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...