Assainir la terre polluée par la renouée

La renouée du Japon libère des toxines et inhibe la croissance des autres végétaux. Une filière est à l’étude pour assainir les terres.

Dominique Wauthy
Assainir la terre polluée par la renouée
Une géante invasive aux larges feuilles, couverte de fleurs blanches à l’automne. ©Reporters / BRINGARD Denis / SUN

En 1847, la société d'agriculture et d'horticulture de la ville d'Utrecht (Pays-Bas), décerne sa médaille d'or à la Renouée du Japon, pour la beauté de son feuillage et ses inflorescences parfumées. Aujourd'hui, l'invasion de notre environnement naturel, des berges et des friches par la renouée du Japon, et la contamination des terres par ses rhizomes, constitue préoccupe l'Institut scientifique de service public (ISSeP). En partenariat avec le centre de services scientifiques et techniques Celabor (Petit-Rechain), l'ISSeP cherche à évaluer la possibilité de développer une filière de valorisation de terres contaminées par la renouée du Japon (Fallopia Japonica). L'Institut sollicite dès lors la collaboration de tous, par le biais d'une enquête. «Le but est d'aider à identifier le gisement et objectiver les contraintes liées à cette plante invasive. L'enquête comporte 16 questions et dure quelque 5 minutes. Elle se clôturera le 1er juin 2019», communique l'ISSeP. Vous pouvez y accéder via le lien internet ci-dessous.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...