Animaux : depuis 60 ans, le tarin des aulnes colonise nos jardins

Ce petit oiseau de 12 cm de long arbore de belles couleurs. Le mâle est vert et jaune vif avec du noir sur les ailes et une calotte noire également. Chez la femelle la livrée est un peu plus terne puisqu’il n’y a pas de jaune et de noir dans son plumage. Si auparavant, le tarin des aulnes (Spinus spinus) vivait la plupart du temps dans les forêts de conifères et dans les endroits assez humides où croissent les aulnes. Il n’apparaissait alors que très rarement dans les jardins et encore plus rarement auprès des mangeoires. Mais depuis une soixantaine d’années, il est de plus en plus présent dans les jardins et il n’hésite plus à se nourrir des aliments qu’on dispose pour nos amis les oiseaux durant la mauvaise saison avec une préférence pour les cacahuètes. Le nid de ce tarin est composé de brindilles couvertes de mousses et de lichens. Pour rendre l’intérieur plus douillet la femelle y dépose du crin, des plumes. Dans la majorité des cas, le nid est construit dans un conifère, à l’extrémité d’une branche, non loin du sommet de l’arbre. La femelle y pond 4-5 œufs bleu pâle rayé de rouge. La couvaison dure 13 jours et les petits sont capables de prendre leur envol 15 jours après l’éclosion. Le tarin des aulnes, un tantinet acrobate, se nourrit de graines de conifères, de bouleaux, d’aulnes mais aussi de chardons et d’oseilles. À noter que les oisillons sont quant à eux nourrit principalement d’insectes.

Marc Knaepen
Animaux : depuis 60 ans,  le tarin des aulnes colonise nos jardins
©stock.adobe.com 
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...