Pourquoi le jeu de société « Tu ris, tu perds » fait face aux critiques

Depuis le début de la semaine, le jeu de cartes « Tu ris, tu perds » est accusé de véhiculer des clichés racistes.

La Rédaction de L'Avenir
Le jeu de société "Tu ris, tu perds" doit faire face à de nombreuses critiques en ce début d'année 2023.
Le jeu de société "Tu ris, tu perds" doit faire face à de nombreuses critiques en ce début d'année 2023. ©D.R.

Vous y avez peut-être joué récemment avec des amis : le jeu de société « Tu ris, tu perds » doit faire face à de nombreuses critiques depuis quelques jours. En cause, quelques-unes des blagues qui le composent.

La ludothèque de "Deuzio" : découvrez le jeu de société qui vous convient

Alors que le divertissement est imaginé afin de provoquer le rire chez ses participants, plusieurs vannes ne font pas rire tout le monde. Racistes - « Un black entre aux toilettes, il en ressort blanc : que s’est-il passé ? Il a chié sa race » - ou remplies de stéréotypes - « Pourquoi les chiens aboient beaucoup en Chine ? Parce qu’ils ne sont pas assez cuits » -, certaines plaisanteries de « Tu ris, tu perds » ont ainsi été épinglées lundi dans une vidéo postée sur Instagram par Crazy Sally, une influenceuse française.

« J’ai été choquée de voir à quel point les blagues pouvaient être racistes, ou en tout cas basées sur des clichés et des aprioris dont on est vraiment fatigués », explique notamment l’influenceuse dans sa vidéo vue plus d’un million de fois en trois jours.

Rendu célèbre par de nombreuses vidéos dans lesquelles son créateur, l’humoriste Aziz Aboudrar, défie des personnalités, le jeu a été retiré temporairement du site internet de JouéClub. Ce qui n’est pas le cas du site belge de la Fnac, par exemple.

Dès lundi, Aziz Aboudrar a posté un message sur les réseaux sociaux dans lequel il présente ses « plus sincères excuses à toutes les personnes qui ont pu être blessées, froissées, attristées par certaines blagues du jeu ». Des vannes qu’il qualifie de « maladroites mais non mal intentionnées ».

« Nous allons avoir un échange avec les équipes pour retirer du jeu certaines cartes qui ont pu être mal interprétées », conclut l’humoriste.

En novembre, un autre jeu de société a été au cœur d’une polémique en France. « Antifa, le jeu » étant soupçonné de faire l’apologie de groupuscules haineux.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...