Chats d’intérieur: Heureux ou malheureux ?

Avoir un chat en appartement, récupéré en rue ou adopté, jeune ou âgé, génère beaucoup de questions.  Témoignage et réponses d’une comportementaliste animalière.

Sandra Farrands
Chats d’intérieur: Heureux ou malheureux ?
©sonyachny - stock.adobe.com

Le perron à peine franchi, une chatte déguerpit en position de paramilitaire. C’est Ciri, la dernière arrivée de 3 ans de Cyrielle. Cette adoptante de 30 ans est installée près de Mons depuis peu, avec ses deux chats et son conjoint. Dans un appartement de 75 mètres carrés, la jeune femme cohabite sans embûches avec ses boules de poils, conditionnés à un environnement clos. Bien ? Pas bien ? Selon la comportementaliste animalière Julie Willems, d’Animal Behaviour, avoir des chats cloisonnés dans un appartement demande une certaine vigilance pour leur bien-être.

La personnalité joue

La dernière chatte adoptée par Cyrielle est craintive. Elle l’a récupérée dans le jardin de ses parents. Celle-ci nous confie l’avoir sortie de la misère alors qu’elle était un chaton errant. "Elle était pleine de puces, à peine sevrée. Elle fuit face à tout. Elle ne veut pas sortir de l’appartement."

Son autre chat, Cap’tain Miaou, a 7 ans. Il est roux et borgne. Il a toujours été éduqué en intérieur. "Vu qu’on était en appartement, je voulais un chaton. Cela allait être je pense plus simple, vu qu’il n’avait jamais connu l’ex térieur."

Une bonne idée ? Julie Willems ne s’y oppose pas. "Les jeunes chats ont une forte capacité d’adaptation, sous réserve de ne pas avoir connu l’extérieur de façon autonome avant."

Lire + ici : Vous possédez un chat à Bruxelles? Voici ce qui va changer pour contrer la surpopulation: stérilisation, identification, adoption…

Avec ou sans harnais ?

Parfois, Cyrielle balade son chat roux en harnais, même sur le balcon. "Il le réclame", affirme-t-elle. Pourtant, cette méthode n’est pas naturelle pour un chat, selon la comportementaliste. "En général, ils n’aiment pas être tenus en laisse. Je pense qu’il vaut mieux les laisser libres sur le balcon. Mais il y a des exceptions à tout", admet Julie Willems.

Son propre chat a un comportement particulier. "Je l’emmène en vacances avec moi. Cela a été progressif, avec des trajets de plus en plus longs, selon sa réaction", confie-t-elle.

Les enfermer pour leur sécurité

L’une est apeurée, l’autre a grandi en laisse. Pour Cyrielle, les deux chats ont trouvé leur équilibre dans son appartement.

Pour elle, son chat borgne serait aussi trop vulnérable à l’extérieur. "Je n’ai pas envie qu’il lui arrive malheur parce qu’il a mal évalué la distance", lance-t-elle. Une crainte marquée par de multiples décès de félins dans sa famille. Cyrielle pense aussi qu’un chat d’intérieur n’a pas appris à se défendre, étant donné qu’aucune menace n’existe dans un appartement, a priori.

Un huis clos pas si désagréable

« Je sais que c’est contre leur instinct de rester à l’intérieur. Mais je constate que les miens ne sont pas malheureux. Ils ont à manger, de quoi dormir, des endroits où se cacher et des jouets. »

Ce qui paraît déterminant pour Cyrielle, c’est aussi le fait qu’ils soient deux. "Ils jouent ensemble, ça veut dire qu’ils s’occupent. Ils ont peu d’instinct de chasse, si ce n’est avec les mouches, ce qui est déjà pas mal…"

Deux chats, c’est de fait mieux pour Julie Willems. "Les chats d’intérieur doivent être stimulés, au risque d’agir comme des prédateurs sur leur famille. Ils se montrent en général plus agressifs."

Si on fait le choix d’avoir un chat d’intérieur, il conviendra donc de consacrer un peu plus de temps à son animal, pour le stimuler et ne pas le laisser seul trop longtemps. Le télétravail apporte de belles opportunités pour jouer avec lui.

Sortir sur le balcon ? Oui, mais sous conditions.

Chats d'appartement: heureux ou malheureux ?

Que l’on soit en réflexion sur une adoption ou déjà responsable d’un animal en appartement, l’agencement des lieux est important. Si l’on a la chance d’avoir un balcon, on se pose vite la question d’une sortie ou non. Doit-on installer quelque chose contre la balustrade pour éviter qu’il ne tombe ou ne s’échappe ?

En fonction du tempérament de votre chat, il conviendra de songer à le sécuriser. Fugueur ou pas, un saut mal calculé pourrait lui coûter la vie. D’où l’intérêt pour le chat qu’il puisse comprendre son territoire. Et la perception visuelle joue beaucoup, selon Julie Willems. "Dans tous les cas, il faut que le chat puisse voir au loin. Cela nourrira sa curiosité." Notre experte animalière est par exemple opposée à l’installation d’une protection en bambou. "C’est une très mauvaise idée, cela occulte la vue."

Elle propose une alternative sûrement plus adaptée, mais nettement plus chère. "Les personnes concernées pourraient poser du verre ou du plexiglas", suggère-t-elle.

Préparer son chat au déménagement

« Le déménagement, c’est tout un bazar. » La comportementaliste préconise de consulter un spécialiste pour anticiper ce changement. « Un chat est profondément territorial. Ils y sont parfois plus attachés qu’à leur famille. » Pour éviter des troubles du comportement, elle conseille, entre autres, de prévoir une pièce refuge dans le nouveau logement. Et le chat devra y rester pendant un mois sans sortir pour s’y habituer et lui redonner une forme de sérénité. « Qu’il ait précédemment eu un accès à l’extérieur ou non, ce délai est indispensable. Car il risque de fuir pour retrouver son ancien terrain », appuie-t-elle. Après un mois d’isolement, le chat pourra sortir sans danger selon la spécialiste. Et sans harnais. Ce qui ne convainc pas Cyrielle. Si elle devait avoir une maison avec jardin, elle maintiendrait sa position. Ses chats sortiront avec un harnais ou ne sortiront pas.