Le virus de la moto profite de la crise

Si le marché automobile a bu la tasse, celui de la moto a continué à croître (+3,5%), malgré deux longues fermetures des concessions.

J.H.

Avec 25 807 nouvelles immatriculations, le marché belge de la moto était en légère hausse en 2020, par rapport à 2019. Dire qu’il a tiré profit de la crise du coronavirus n’est pas faux. Ainsi, beaucoup de Belges empêchés de s’offrir des vacances ont reporté leur budget sur l’achat d’un deux-roues, pour se balader et sillonner leur propre pays, analyse la Febiac. De plus, beaucoup de citoyens qui utilisaient habituellement les transports en commun ont cherché une solution de mobilité qui expose moins à la transmission virale. Les scooters et les motos de faibles cylindrées (- de 250 cc) ont ainsi connu la plus forte hausse du marché (+47%). La proportion des motos puissantes se réduit. Avec respectivement 21,5% et 17,6% des immatriculations, les deux autres segments les plus populaires sont les catégories basic/roadsters et les trails, souvent utilisés pour les déplacements au travail.