La légende de Meslande

À la fin du premier millénaire, la sécheresse sévit aux alentours de Mesland. La terre est craquelée. C’est la famine. Des charlatans annoncent la fin du monde.

La légende de Meslande
Mesland ©Pascal Jassogne

La Loire est à sec. Les paysans abandonnent leurs terres mais pas les vignerons. Ils s’y refusent. Un jour, comme par magie, à Mesland, la Loire rejaillit encore plus forte qu’avant. Elle a créé un grand cercle, laissant apparaître le fond du fleuve. Curieux, les vignerons s’approchent de cet endroit. Un étrange phénomène se produit. Une forme nébuleuse s’échappe du cercle et elle se mue doucement en une silhouette fine. Lorsqu’elle arrive à la hauteur des vignerons, elle a définitivement terminé sa transformation. C’est en une superbe naïade aux formes sculpturales, à la chevelure abondante, comme une immense grappe de raisins.

Elle s'adresse aux vignerons: «Je suis la favorite de Dionysos et je renais pour vous. Je vous apporte cette eau aux vertus incomparables pour vous sauver de la faim. Si Dionysos m'a envoyée ici, c'est parce que votre terre est en harmonie avec la vigne, que votre terroir est digne d'un grand cru et qu'il faut le préserver et le chérir. Cette vigne, c'est un peu notre enfant, à moi et à Dionysos. Enfant que vous allez élever chaque année. » Depuis, chaque année, il paraît que la muse Meslande revient voir ce qu'il en est…