Les quatre lésions à surveiller

1.Carcinome basocellulaire Il représente 75 % des cancers de la peau. C’est le plus fréquent mais aussi le moins dangereux : il grandit lentement, s’étend en surface et envahit les structures sous-jacentes en les détruisant.

Le basocellulaire ne métastase pas et ne migre pas vers les ganglions.

2. Kerastose actinique Elle se présente sous forme de taches multiples, rouge-brun, rugueuses, croûteuses, qui apparaissent dans les zones chroniquement exposées au soleil (visage, décolleté, cuir chevelu chauve, oreilles). On ne parlait pas des kerastoses il y a 20 ans, mais la durée de vie prolongée et l’exposition au soleil rendent plus fréquentes ces lésions. Elles sont causées par l’affaiblissement local du système immunitaire, qui ne parvient pas à réparer les dégâts cellulaires dus au soleil. 10% de ces taches, «verrues brunes à jaunâtres » deviennent un cancer, d’où la nécessité d’un traitement. Le dermatologue utilise le plus souvent une cryothérapie ou de nouveaux médicaments en traitement local.

3. Carcinome spinocellulaire ressemble au carcinome basocellulaire, mais sa surface est surélevée, croûteuse et la lésion peut saigner spontanément. Il représente 13% des cancers de la peau, et peut être fatal s’il est négligé car il essaime vers les ganglions et d’autres organes.

4. Mélanome il est le plus mortel des cancers de la peau, mais pas le plus fréquent (10%). Les zones du corps les plus classiquement atteintes sont le tronc chez l’homme et la jambe chez la femme. Il peut se développer sur une lésion pigmentée préexistante: grain de beauté, tache de naissance, mais apparaît le plus souvent spontanément en dehors de ces taches. Il peut apparaître dans des zones qui ne sont pas du tout exposées au soleil comme l’anus ou la plante des pieds. On le reconnaît parce qu’il a des couleurs différentes, un contour mal défini ou parce qu’il s’agit d’une boule qui saigne.