Est-ce que je peux me faire rembourser mon séjour s’il n’y a pas de neige dans les stations de ski ?

L’Avenir vous répond : cette semaine, la question de Claire de Gembloux qui nous demande s’il est possible de recevoir une compensation ou de se faire rembourser lorsque la neige manque dans les stations de ski.

Pauline Denys
<p>Des randonneurs près des remontées mécaniques à l'arrêt à cause du manque de neige dans la station de ski française Le Semnoz, près d'Annecy, le 27 décembre 2022.</p>
Des remontées mécaniques à l'arrêt à cause du manque de neige dans la station de ski française Le Semnoz, près d'Annecy, le 27 décembre 2022. ©AFP


- Est-ce que je peux me faire rembourser mon séjour s’il n’y a pas de neige sur les stations de ski ?

Bonjour Claire,

C’est une question que beaucoup d’adeptes des sports de glisse se sont posée pendant les vacances d’hiver à cause des conditions météorologiques peu favorables. D’autres skieurs se la poseront peut-être dans les prochaines semaines, puisque la saison du ski est loin d’être finie : les tour-opérateurs et agences de voyage attendent de nombreux vacanciers sur les pistes, notamment pour les vacances de Carnaval qui s’étendent sur deux semaines cette année.

Oui, si vous avez souscrit à une assurance “ski”

L’assistance médicale urgente à l’étranger (proposée par la plupart des mutuelles belges) n’intervient pas lorsqu’il n’y a pas assez de neige. C’est une assurance qui est faite pour couvrir des problèmes de santé ou si un accident survient. Cela n’a rien à voir avec l’enneigement ou non”, explique Nevert Degirmenci, chargée de communication chez Assuralia, l’union professionnelle qui représente la quasi-totalité des compagnies d’assurance belges. Pour pouvoir bénéficier d’une indemnisation en cas de manque de neige au ski, il faut donc avoir souscrit à une assurance voyage complémentaire de type assurance “ski”.

Il faut vraiment prendre ces garanties complémentaires à l’avance, au moment de la réservation. Cela ne se prend pas à la dernière minute, au moment où on découvre qu’il n’y aura pas assez de neige”, rappelle Nevert Degirmenci. Pour pouvoir bénéficier de cette garantie, il faut souvent que le contrat soit conclu plus de 30 jours avant le début du séjour.

Oui, mais il faut bien comparer les offres

Mais attention, les formules varient en fonction des assureurs et ne remboursent pas la totalité du prix du séjour. Il est donc conseillé de bien comparer les offres pour choisir une couverture adaptée.

Une assurance “ski” peut, en effet, couvrir différents aspects en fonction des contrats, comme une intervention financière en cas de vol de matériel, d’annulation des leçons de ski, le forfait pour les remontées mécaniques qui n’a pas pu être utilisé ou encore le rapatriement d’un véhicule, les frais non médicaux liés à un accident, et, parfois, donc effectivement, l’annulation en cas de manque de neige.

C’est le cas chez Touring, où le séjour est remboursé à hauteur de 600 euros par assuré ou de 1400 euros par dossier lorsqu’un contrat est conclu pour l’assistance temporaire “Snowcard” qui s’élève à 29 euros par personne. “Si 60 % du domaine skiable est fermé par faute de neige, l’assurance intervient”, explique Lorenzo Stefani, porte-parole de Touring. La demande pour ce type d’assurance est en augmentation cette année. “Depuis le Covid, les personnes sont plus prudentes, aussi à cause de l’aspect financier”, ajoute-t-il.

Mais attention, ces formules sont marginales et parfois floues

Patrick Cauwert, porte-parole de la fédération des courtiers francophones tient à mettre en garde sur ce type de garanties complémentaires. “Il faut être très prudent parce qu’il y a beaucoup de clauses. Il faut souvent lire entre les lignes. C’est parfois un argument marketing de la part des assureurs et les clients pensent être assurés pour quelque chose alors qu’ils ne le sont pas du tout en réalité”.

Ces formules “neige” sont également très marginales dans le paysage des assurances voyage. “Si c’était une couverture qui était dans tous les contrats d’assistance, je serais déjà beaucoup plus à l’aise, parce qu’il y a une répartition du risque”, indique Patrick Cauwert. Pour lui, il est important de signaler aux personnes qu’il n’est pas possible d’être couvert pour tout. “C’est comme si vous souhaitiez aller vous promener tous les dimanches, mais les jours de pluie, vous ne pouvez pas le faire. Vous demandez alors qu’on vous rembourse. Mais, dans la vie, on prend des risques, comme celui d’être mouillé ou celui qu’il n’y ait pas de neige sur les pistes.

Il est tout de même conseillé de privilégier la haute montagne

Certaines assurances ne proposent donc tout simplement pas de remboursement ou compensation pour le manque de neige dans leur formule “ski”. Des agences de voyage conseillent alors de privilégier des stations situées en haute montagne, à plus de 1800 mètres pour éviter ce type de désagréments.

Le ski, un loisir en voie de disparition?

L'Avenir vous répond

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...