Pour le président du CIO, les sanctions contre la Russie et le Bélarus doivent persister

Pour le président du Comité International olympique (CIO), les sanctions contre la Russie et le Bélarus doivent être maintenues et il n'est pas à l'ordre du jour de les assouplir.

Belga
International Olympic Committee (IOC) President Thomas Bach speaks at the start of the IOC Executive Board meeting at the Olympic House in Lausanne, Switzerland on December 5, 2022. (Photo by DENIS BALIBOUSE / POOL / AFP)
Thomas Bach

"Ces sanctions contre les États et gouvernements russe et biélorusse doivent rester fermement en place", a déclaré Thomas Bach jeudi dans son traditionnel discours de fin d'année.

Trois jours après la cérémonie de clôture des Jeux Olympiques d'hiver à Pékin, la Russie envahissait l'Ukraine en février. Le CIO a encouragé ensuite la suspension des athlètes de la Russie et du Bélarus interdisant aussi à ces pays d'organiser sur leur sol des compétitions sportives internationales. Ces athlètes sont ainsi privés de compétitions dans la plupart des sports et tout symbole national de ces deux pays sont interdits

Cependant, le sommet olympique au début du mois avait ouvert la porte d'une possible réintégration d'athlètes russes et bélarusses dans des compétitions sportives internationales malgré la guerre en Ukraine. Une proposition de l'instance dirigeante asiatique OCA veut permettre aux athlètes des deux pays de participer à ses compétitions sous un drapeau neutre et sans jouer les hymnes. Le CIO veut ajouter que ces athlètes doivent respecter la Charte olympique et les sanctions existantes.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...