”Match abominable”, “Pas maitrisé grand-chose”, “La Belgique est moins compétitive” : la presse internationale sans pitié avec les Diables rouges

Les Diables rouges ont vaincu le Canada mais n’ont pas convaincu la presse internationale pour leur entrée dans la Coupe du monde au Qatar.

Brian Pierard
DOHA, QATAR - NOVEMBER 23 : Courtois Thibaut goalkeeper of Belgium, Vertonghen Jan defender of Belgium, Castagne Timothy defender of Belgium, Alderweireld Toby defender of Belgium and Dendoncker Leander midfielder of Belgium celebrating the victory after the FIFA World Cup Qatar 2022 Groupe F match between Belgium and Canada at the Ahmad Bin Ali Stadium on November 23, 2022 in Doha, Qatar, 23/11/2022 ( Photo by Vincent Kalut / Photo News
"Secoués mais vivants", titre notamment L'Equipe au sujet des Diables rouges. ©VKA

Comme la presse belge, les médias internationaux sont assez sceptiques après la victoire des Diables rouges face au Canada, après avoir été malmenés durant une bonne partie de la rencontre.

À commencer par nos confrères de l’Equipe. “Secoués mais vivants”, titre le quotidien français. Avant de détailler : “Au sortir d’un match abominable par séquences, secouée dans tous les compartiments par des Canadiens audacieux, épargnée par un corps arbitral qui n’a pas sifflé contre elle deux penalties évidents (14e, 38e) et sauvée par son gardien, on se demande encore, ce matin, comment la Belgique a réussi à l’emporter hier face aux “Cannucks” […] Michy Batshuayi est passé comme un éclair dans le désert. L’avant-centre de Fenerbahçe a converti la seule occasion belge de la soirée. Les statistiques (2,61 expected goals canadiens contre 0,76) résument pas mal le rapport de force hier, au stade Ahmed-Ben-Ali.”

Le magazine So Foot insistait sur le sentiment de soulagement qui habitait Roberto Martinez et le peuple belge quand la fin du match a été sifflée. “Dans sa zone technique, Martinez a applaudi de soulagement et si un premier match de Coupe du monde n’est facile pour personne, on se souviendra que celui-ci a été particulièrement inconfortable pour des Belges qui n’ont pas maîtrisé grand-chose.”

Dans la presse espagnole, ça s’emballe surtout pour Thibaut Courtois. Jouer avec Courtois, c’est un avantage, écrit Marca. “Une des clés pour pouvoir faire quelque chose dans un tournoi comme la Coupe du monde est que, dans un mauvais jour, on est capable de gagner. C’est ce que la Belgique a réalisé contre le Canada. Le meilleur joueur de la Belgique était son gardien de but. Il a eu plus de travail que prévu. Son intervention après dix minutes (ndlr : sur le penalty) était la plus décisive mais ce n’était pas la seule”. Marca n’oublie pas de souligner le beau travail de Batshuayi sur son but. “Il a fait de la magie. L'attaquant de Fenerbahçe a récupéré un long ballon de sa défense et a marqué le but tout seul. Une frappe du pied gauche qui a évité un problème dès le début de la Coupe du monde à la Belgique”.

Pour AS, ces Belges-là ne sont pas candidats au titre. “Celui qui méritait le plus n’a pas gagné. La Belgique a battu un Canada exceptionnel dans un match où elle n’aurait pas dû prendre les trois points […] Le match était une occasion de voir si la Belgique pouvait être considérée comme un candidat sérieux au titre. La vérité est que, pour l’instant, cela laisse beaucoup de doutes.”

À noter qu’AS a été assez critique avec Eden Hazard, pourtant auteur d’une bonne heure de jeu. Hazard, après une semaine difficile, a débuté et n’a pas réussi à s’imposer, alors que Marca lui attribue la note minimale d’une étoile. Le Brainois semble avoir encore du travail pour convaincre l’Espagne qu’il peut se rapprocher de son meilleur niveau.

En Angleterre, le Sun est très dur avec la Belgique. “Pour une équipe de soi-disant stars, ils n’étaient vraiment pas terribles. Kevin De Bruyne n’est plus que le seul joueur de classe mondiale en Belgique et il était le pire du lot. La Belgique est-elle expérimentée ou juste vieillissante ? Il n’a pas fallu longtemps pour le savoir”, écrit le tabloïd.

Dans la Gazetta Dello Sport, on note toutefois un tout petit peu plus de positivisme. “Il y a certaines victoires claires et incontestables. Et il y a des succès aussi laids que précieux. Celui des Belges entre dans cette catégorie. L’équipe de Roberto Martinez semble moins compétitive que celle des derniers grands tournois. Mais ils prennent trois points importants en vue des huitièmes de finale après avoir mieux terminé la rencontre qu’ils ne l’ont commencée.”