L’Absym ne menace plus de dénoncer l’accord médico-mutualiste

Après concertation avec le ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke, l’association belge des syndicats médicaux (Absym) ne menace plus de rompre l’accord médico-mutualiste, a-t-on appris ce lundi 9 janvier 2023.

Belga
LEUVEN, BELGIUM - JANUARY 05 : Visit of minister Frank Vandenbroucke (Vooruit), Vice-prime minister and Public Health and Social Affairs minister to the day hospital at UZ Leuven - Campus Gasthuisberg - since 1 January, hospitals have been working on the basis of a new list of procedures that can be performed in the day hospital. The number of interventions in a day hospital thus rises from 246 to 551. The reform of day hospitalisation is an important step within the broader hospital reform. Visit pictured on JANUARY 05, 2023 in Leuven, Belgium, 05/01/2023 ( Photo by Philip Reynaers / Photonews
Frank Vandenbroucke (Vooruit) ©PRE

L’association belge des syndicats médicaux (Absym) ne menace plus de rompre l’accord médico-mutualiste, a confirmé son président Johan Blanckaert ce lundi. Après concertation avec le ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke (Vooruit), la confiance a été rétablie, a-t-il ajouté.

L’Absym avait menacé jeudi de rompre l’accord médicomut si cette concertation au sujet de l’interdiction générale des suppléments d’honoraires en soins ambulatoires pour les patients bénéficiaires d’une intervention majorée n’aboutissait à aucun résultat probant.

”Nous avons reçu la garantie que les modalités pourraient être discutées dans des groupes de travail séparés”, a déclaré M. Blanckaert à l’issue de la rencontre avec le ministre de la Santé publique. “On a retrouvé la confiance et la volonté de discuter.”

Frank Vandenbroucke se réjouit que la convention médico-mutualiste ne soit pas dénoncée. Il a réaffirmé “qu’une protection des patients socialement vulnérables au regard de la demande de suppléments est un objectif très important, mais que les modalités concrètes d’une interdiction des suppléments pour les patients socialement vulnérables dans le secteur ambulatoire feront l’objet de concertations avec la médicomut dans le courant de l’année 2023”. La mise en œuvre concrète de cette mesure interviendra au plus tôt en 2024.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...