La ponctualité des trains sous la barre des 90 % pour 2022, des résultats insatisfaisants selon Georges Gilkinet

Pour la première fois depuis 2018, la ponctualité des trains a plongé sous les 90 % en 2022, selon des chiffres publiés ce vendredi 6 janvier 2023 par le site web Open Data d’Infrabel,

Belga
 SNCB illustration.
SNCB illustration. ©Belga

La ponctualité des trains a plongé sous les 90 % l’année dernière, pour la première fois depuis 2018, ressort-il des chiffres publiés ce vendredi sur le site web Open Data d’Infrabel, gestionnaire de l’infrastructure ferroviaire.

Pour toute l’année 2022, le taux de ponctualité était de 89,2 %, contre 92,6 % l’année précédente. Cela signifie que plus d’un train sur 10 avait au moins 6 minutes de retard à l’arrivée.

Plus de 44.000 trajets ont par ailleurs été annulés l’an dernier.

Pour M. Gilkinet, ces résultats ne sont pas satisfaisants, même s’ils sont en partie imputables à des événements sur lesquels la SNCB et Infrabel n’ont pas prise, reconnaît-il.

Face à ce constat, le ministre pointe vendredi une série de mesures qui ont été prises par le passé pour améliorer la ponctualité des trains : des engagements plus rapides, des changements dans la gestion du trafic, la stabilisation de l’offre de trains, la commande de nouveaux matériels et des investissements dans le réseau ferré.

Selon lui, des mesures sur le long terme doivent également à contribuer à améliorer la situation.

”À long terme, les nouveaux contrats entre les sociétés ferroviaires et le refinancement qui y est associé pour les dix prochaines années devront contribuer à l’amélioration structurelle de la fiabilité du service grâce à un meilleur réseau et le renouvellement de la moitié du matériel roulant”.

Dans ces futurs contrats, le financement de la SNCB et d’Infrabel dépendra partiellement de la concrétisation des objectifs fixés par le gouvernement, notamment en termes de ponctualité, selon le ministre.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...