Tests Covid sur les voyageurs de Chine: le secteur aérien mondial dénonce des mesures "inefficaces"

L'imposition de tests Covid aux voyageurs en provenance de Chine par un nombre croissant de pays constitue une réponse "impulsive" et "inefficace", a regretté mercredi l'Iata, principal représentant des compagnies aériennes mondiales.

Belga
Passengers of a flight from China wait in a line for checking their COVID-19 vaccination documents as a preventive measure against the Covid-19 coronavirus, after arriving at the Paris-Charles-de-Gaulle airport in Roissy, outside Paris, on January 1, 2023. - France and Britain on December 30 joined a growing list of nations imposing Covid tests on travelers from China, after Beijing dropped foreign travel curbs despite surging cases -- and amid questions about its data reporting. (Photo by JULIEN DE ROSA / AFP)
Pékin a considéré "inacceptable" mardi l'imposition de ces mesures par une douzaine de pays, parmi lesquels les Etats-Unis, l'Australie, l'Italie ou la France, les jugeant "dénuées de base scientifique". ©AFP or licensors

"Plusieurs pays introduisent le test Covid-19 et d'autres mesures pour les voyageurs en provenance de Chine, alors que le virus circule déjà largement à l'intérieur de leurs frontières. Il est extrêmement décevant de voir ce rétablissement impulsif de mesures qui se sont avérées inefficaces au cours des trois dernières années", a estimé Willie Walsh, directeur général de l'Iata (Association internationale du transport aérien), cité dans un communiqué.

Pékin a considéré "inacceptable" mardi l'imposition de ces mesures par une douzaine de pays, parmi lesquels les Etats-Unis, l'Australie, l'Italie ou la France, les jugeant "dénuées de base scientifique".

Un avis partagé par l'organisation qui revendique comptabiliser 300 compagnies totalisant 83% du trafic aérien mondial: les études ont selon elle montré que "la mise en place d'obstacles aux voyages ne changeait rien au pic de propagation des infections. Tout au plus, les restrictions ont retardé ce pic de quelques jours."

Trois ans après le début de la pandémie, le secteur aérien dispose selon l'organisation des "outils nécessaires" pour faire face au virus "sans recourir à des mesures inefficaces qui coupent les déplacements internationaux, nuisent aux économies et détruisent des emplois".

Le trafic aérien mondial devait atteindre en 2022 70,6% de son niveau de 2019, mais il stagnait à 44,3% dans la région Asie-Pacifique, principalement en raison de la politique zéro Covid chinoise -finalement levée le 7 décembre-, estimait l'Iata début décembre.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...