Pas les mêmes anticorps

Les anticorps développés au niveau des fosses nasales sont différents de ceux développés suite à une injection intramusculaire.

J.H.

Dans une étude sur un vaccin menée par un laboratoire de l'Institut Pasteur, il a été montré que les anticorps présents dans les muqueuses pulmonaires, du type IgA, étaient beaucoup plus utiles pour la neutralisation du virus que les anticorps IgG présents, eux, dans le sang. "Nos travaux introduisent la notion importante que l'activité neutralisante des anticorps mesurée dans le sérum sanguin n'est probablement pas corrélée au niveau de protection mais plutôt que la protection vaccinale contre le SARS-CoV-2 nécessite une immunité mucosale, et notamment des anticorps IgA, au niveau de la porte d'entrée du virus, à savoir les voies respiratoires supérieures", expliquait Laleh Majlessi, directrice de recherche au sein du Laboratoire Commun Pasteur-TheraVectys. Mais le vaccin nasal doit aussi se montrer efficace pour franchir les barrières que sont le mucus et les cils vibratiles, et entrer en contact avec les cellules immunitaires.