Procès des attentats: « On nous prive d’une partie de la vérité »

Les enquêteurs belges témoigneront à Paris sous couvert de l’anonymat mais à visage découvert et par visioconférence. Les avocats de la défense sont furieux.

Emmanuel Huet
Procès des attentats: « On nous prive d’une partie de la vérité »
Les enquêteurs belges seront entendus à la cour d’assises de Paris de manière anonyme mais à visage découvert. ©Reporters/QUINET

Suite (et fin?) de la saga de l’anonymat des enquêteurs belges au procès des attentats de Paris. Ce vendredi matin, la chambre du conseil de Paris a décidé d’accorder l’anonymat aux sept policiers fédéraux mais ils devront témoigner à visage découvert. Sur ce coup, la justice française nous a offert une solution à la belge, issue d’un compromis scabreux…

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.