Une logique locale plutôt que le terrorisme international

Faut-il craindre que les islamistes internationaux ne se refassent une santé sous les talibans? Les étudiants en religion étaient proches d’Al-Qaïda et cette proximité leur a coûté cher après les attentats du 11 septembre 2001.

E. H.

Tanguy de Wilde, professeur en relations internationales (UCLouvain) estime que les talibans adoptent plus une «logique locale» en quête «d’une certaine forme de stabilité» pour le pays. «La proximité avec Al-Qaïda était avérée entre 1996 et 2001. Depuis, Al-Qaïda n’est plus un groupe implanté à un endroit précis. C’est plus une nébuleuse. Ses émanations ne semblent plus avoir de présence massive en Afghanistan. »

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...