Le dépistage du cancer, oublié de la crise

Les dépistages ne sont pas considérés comme urgents. Mais les retards s’accumulent, et augmentent le risque.

Anne Sandront
Le dépistage du cancer, oublié de la crise
À cause des reports des visites de contrôle, les retards s’accumulent. ©Reporters / BSIP

Joëlle Collet, médecin, est en chômage temporaire. Une situation qu'elle doit à sa spécialisation: radiologue et sénologue. «Je travaille dans une polyclinique qui appartient à Erasme, à Nivelles, et dans un centre médical à Uccle. Les deux sont fermés. Et les infirmières de la polyclinique de Nivelle ont été appelées en renfort dans l'unité Covid

La spécialiste reconnaît que dépister le cancer du sein est compliqué actuellement, parce qu'il manque de personnel et de masques. «On se sent un peu inutile. On ne travaille pas depuis plus d'un mois», dit le médecin.

Plus de médecine préventive

À l'échelle d'un mois, la situation n'est pas dramatique, mais si cela se prolonge, ça pourrait devenir compliqué. «Les cancers du sein très agressifs sont rares. Mais les patientes doivent être suivies, certaines tous les deux ans, certaines tous les ans, à cause d'un profil à risque. Puis il y a des patientes qui viennent faire un contrôle, parce qu'elles ont une boule au sein

Si la situation de confinement se prolonge, les délais seront allongés, selon la spécialiste. « Il faudrait idéalement travailler plus cet été pour rattraper le retard. Mais on risque de manquer de main-d'œuvre et de protections… La situation ne concerne pas le simple cancer du sein: à la polyclinique, il y a un urologue, qui dépiste le cancer de la vessie, un gastro-entérologue, qui cherche les cancers de l'estomac ou du côlon

Mais Joëlle Collet craint que toute la médecine préventive soit victime de la crise, également en cardiologie et en diabétologie… « Les gens ont peur, et comme on les enjoint constamment de rester chez eux, on peut passer à côté de symptômes qui ne sont pas anodins. Il est grand temps d'accélérer la politique de dépistage, avant que la situation devienne critique.»

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...