Pour naviguer, swipez à gauche ou à droite

X
logo de L'Avenir


Charlie Hebdo

Qui sont les 14 accusés du procès Charlie?

Le procès des attaques de janvier 2015 contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher, qui s'ouvre ce mercredi 02 septembre à Paris, est le premier pour un attentat djihadiste commis en France depuis celui en 2017 des tueries perpétrées par Mohamed Merah en 2012.

La cour d'assises spéciale, qui siège d'ordinaire dans le palais de justice de l'île de la Cité, doit juger jusqu'au 10 novembre quatorze accusés, soupçonnés à des degrés divers de soutien logistique aux frères Saïd et Chérif Kouachi et à Amédy Coulibaly, auteurs des attaques qui ont fait 17 morts et terrorisé la France.

Le 7 janvier 2015, les frères Kouachi ont assassiné 12 personnes dans l'attaque à la rédaction de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo à Paris avant de prendre la fuite.

Le lendemain, Amédy Coulibaly a tué une policière municipale à Montrouge, près de Paris, puis le 9 janvier, il a exécuté quatre hommes, tous juifs, lors de la prise d'otages du magasin Hyper Cacher, dans l'Est parisien. Il est mort sur place dans un assaut policier, les frères Kouachi ayant été eux abattus peu avant dans une imprimerie où ils s'étaient retranchés, à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne).

Bernal

Ali Riza Polat

L’armurier

Ce Franco-Turc de 35 ans, sur qui pèsent les charges les plus lourdes, est poursuivi pour « complicité » de crimes terroristes. Présent dans le box, l’homme, qui a rencontré Amédy Coulibaly dans une cité de Grigny et apparaît « à tous les stades de la préparation » des attentats, encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Selon les enquêteurs, il aurait aidé Coulibaly à se procurer l'arsenal utilisé dans les attaques de l'Hyper Cacher et de Montrouge, mais aussi celle de Charlie Hebdo, commise par les frères Kouachi.

Thomas

Mohamed Belhoucine

Le mentor

Désigné comme le mentor d’Amédy Coulibaly, Mohamed Belhoucine est poursuivi pour « complicité » de crimes terroristes.

Également soupçonné d'être l'auteur du serment d'allégeance au groupe Etat islamique lu par Coulibaly dans une vidéo de revendication, il ne sera toutefois pas présent dans le box des accusés, contrairement à Ali Riza Polat, puisqu’il fait toujours l’objet d’un mandat d’arrêt.

Mehdi

Mehdi Belhoucine

Le passeur

Également jugé par défaut, comme son frère Mohamed, Mehdi Belhoucine, un ancien étudiant en ingénierie mécanique, est accusé d'avoir « exfiltré » la compagne d’Amédy Coulibaly (Hayat Boumedienne) juste avant les attentats, vers la Syrie, où elle a intégré l'EI. Visé par un mandat d’arrêt, il est jugé pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle » et encourt 20 ans de réclusion.

Hayat

Hayat Boumedienne

La compagne

« Exfiltrée » vers la Syrie par Mehdi Belhoucine début janvier 2015, Hayat Boumedienne est la compagne d’Amédy Coulibaly. Visée par un mandat d’arrêt, la jeune femme est jugée pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle » et encourt 20 ans de réclusion. Elle est également poursuivie pour « financement du terrorisme », pour avoir participé à des escroqueries aux véhicules afin de financer les projets terroristes de son compagnon.

Nezar

Nezar Pastor Alwatik

L’ancien codétenu

Incarcéré à Villepinte (Seine-Saint-Denis) où il était affecté à la buanderie de la maison d'arrêt, avec Amédy Coulibaly, Nezar Pastor Alwatik, qui ne pouvait ignorer les « convictions islamistes radicales » du terroriste, est jugé pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle ». De plus, l'ADN de Nezar Pastor Alwatik a été retrouvé sur deux armes découvertes dans un logement loué par Amédy Coulibaly et à l'intérieur d'un gant saisi à l'Hyper Cacher.

Amar

Amar Ramdani

L’intermédiaire

Incarcéré à Villepinte (Seine-Saint-Denis) où il était affecté à la buanderie de la maison d'arrêt avec Amédy Coulibaly, Amar Ramdani est jugé pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle » mais est également soupçonné d'avoir fait l'intermédiaire entre Amédy Coulibaly et Saïd Makhlouf.

Saïd

Saïd Makhlouf

L’homme au taser

Présenté à Amédy Coulibaly par Amar Ramdani, avec qui il s’était rendu plusieurs fois fin 2014 en région lilloise où étaient stockées les armes, Saïd Makhlouf est poursuivi pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle ». Son ADN a notamment été mis en évidence sur la lanière d'un taser en possession du djihadiste dans l'épicerie casher.

Mohamed

Mohamed Fares

L’homme au fusil d’assaut

En contact avec Amar Ramdani et Saïd Makhlouf, Mohamed Fares est interpellé dans le volet « armes » du procès après avoir été désigné fin 2017 dans un courrier anonyme. Selon les investigations, l’homme est en lien avec deux des armes qui étaient en possession d’Amédy Coulibaly, dont un fusil d'assaut. Il est aussi jugé pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle ».

Abdelaziz

Abdelaziz Abbad et Miguel Martinez

Les prospecteurs

Abdelaziz Abbad et Miguel Martinez, qui vivaient et travaillaient à Charleville-Mézières (Ardennes), d'où sont originaires les femmes des frères Kouachi, sont accusés d'avoir recherché des armes pour Saïd Kouachi. En lien avec Ali Riza Polat et Metin Karasulat, ils sont jugés pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle ».

Metin

Metin Karasular

Le marchand d’armes

En plus d’être en contact avec Ali Riza Polat et d’avoir reçu Abdelaziz Abbad et Miguel Martinez dans son garage de Charleroi, où les enquêteurs ont retrouvé une liste signée Ali Riza Polat recensant les prix des munitions et de détonateurs, Metin Karasular est accusé d’avoir acheté à Amédy Coulibaly une Mini Cooper immatriculée au nom d'Hayat Boumedienne. Il est jugé pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle ».

Michel

Michel Catino

Le transporteur belge

Ami de longue date de Metin Karasular, Michel Catino aurait participé à plusieurs déplacements entre la France et la Belgique fin 2014-début 2015, relatifs selon les enquêteurs au transport d'armes. Comme d’autres suspects, il est jugé pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle ».

Willy

Willy Prevost

Le fournisseur

Willy Prevost, qui a grandi au côté d’Amédy Coulibaly à Grigny, a été l'un des premiers suspects interpellés dans ce dossier, après la découverte de son ADN dans la Renault utilisée par le djihadiste pour se rendre à l'Hyper Cacher. Il a aussi reconnu avoir enlevé le traqueur GPS de la moto de l'attaque de Montrouge. Enfin, accompagné d'un ami, Christophe Raumel, il a également acheté trois gilets tactiques, deux couteaux et un taser pour Amédy Coulibaly.

Christophe

Christophe Raumel

Le complice de Willy Prevost

La qualification terroriste a été abandonnée à l'encontre de Christophe Raumel, l’ami de Willy Prevost , qui comparaîtra libre pour « association de malfaiteurs » simple. Il encourt dix ans de prison pour ce délit.

Crédits

  • Journaliste : Alan Marchal
  • Développeur : Joachim Krieger
  • Date de publication : 01 septembre 2020


Le procès en quelques chiffres


49 journées d'audience

Le procès est prévu du 2 septembre au 10 novembre devant la cour d'assises spéciale composée de cinq magistrats professionnels et présidée par Régis de Jorna.

14 accusés

Les 14 accusés sont renvoyés devant la cour: dix comparaissent détenus, un sous contrôle judiciaire et trois sont visés par un mandat d'arrêt et jugés par défaut.

171 tomes de procédure

Le dossier d'instruction est énorme et compte 171 tomes de procédure.

144 témoins sont cités à l'audience

Outre les 144 témoins invités à comparaître, 14 experts partageront leur analyse.

94 avocats

Pour ce procès, près d’une centaine d’avocats sont réunis. Deux avocats généraux représenteront l'accusation, Jean-Michel Bourlès et Julie Holveck.

200 parties civiles

À l’ouverture des débats, ce sont 200 parties civiles qui ont été constituées dans ce procès.

90 médias accrédités

Ce procès sera forcément très médiatisé. Au total, 90 médias seront présents pour couvrir les débats. Parmi eux, 27 médias étrangers. À noter qu’une régie technique a été installée dans la salle d'audience pour l'enregistrement du procès en vertu de son « intérêt pour la constitution d'archives historiques de la justice », une première en matière de terrorisme.




Notre dossier