Laurent Louis: la provocation dans ce qu'elle a de plus abject

Les suites politiques au dossier Laurent Louis nous ont donné raison. L’attitude de ce parlementaire n’hésitant pas à relayer des mails de diffamations sur son blog en affirmant que c’était de son devoir d’élu du peuple, cette attitude-là était condamnable. Nous la dénoncions dès la semaine dernière.

Thierry Dupièreux
Laurent Louis: la provocation dans ce qu'elle a de plus abject
Laurent Louis ©Reporters

Hier, Laurent Louis a encore franchi une étape supplémentaire en exhibant le dossier Dutroux et notamment deux photos issues du rapport d’autopsie de Julie et Melissa. Le député a, une fois de plus, démontré qu’il n’avait aucune limite dans l’art pervers de la provocation et de la manipulation.

Ainsi sur son blog, hier, Laurent Louis citait l’extrait d’un de nos articles publiés la semaine dernière à son sujet où nous dénoncions son attitude irresponsable. Contre toute attente, Laurent Louis semblait estimer positif que l’on écrive que dans la prose qu’il diffusait, le faux et le vrai se côtoyaient sans discernement. Je vous passe le raisonnement qui l’amène à écrire cela, il se situe au niveau zéro de la cohérence intellectuelle.

Il faut savoir que dans le même temps, certains de ses sympathisants nous accusaient, dès vendredi dernier, de figurer au rang de ceux qui protègent les pédophiles. Devant tant de contradictions, on reste pantois.

Cordon sanitaire contre l'insanité

Hier, le monde politique a estimé qu'il n'était plus question de ne faire qu'ignorer l'ancienne recrue de Mischaël Modrikamen. Choquant , Indigne ,écœurant, ignoble, les adjectifs se sont entrechoqués au sein de l'Assemblée pour finalement former un cordon sanitaire autour de ce député sans décence ni respect pour les familles des victimes. « Les parents ne sont pas mes ennemis » se rengorge Laurent Louis « mon ennemi, c'est le système ».

Et hop, revoilà ce fameux système qui sert à dénoncer tout et n'importe quoi. Une hydre à plusieurs têtes face à laquelle Laurent Louis s'érige en Don Quichotte, confondant mythologie et littérature espagnole. Hier, dans les travées du Parlement, certains se risquaient à dire que l'attitude du parlementaire ne relevait pas du populisme, mais tout bonnement de la psychiatrie. Sans aller jusque-là, on peut s'interroger sur les objectifs poursuivis par Laurent Louis. Ce qui est sûr, déjà, c'est que les chemins empruntés tiennent déjà du cloaque et de l 'égout nauséabond.