Contenu de partenaire

Pédagogie positive: la voie vers plus d’égalité ?

Les méthodes développées dans la première moitié du XXème siècle par plusieurs pédagogues visionnaires, comme Maria Montessori ou Célestin Freinet, ont pour but de rendre l’école plus efficace et plus égalitaire, sans faire peser une pression démesurée sur les élèves, leurs parents et leur famille…

Régie des Médias Régionaux
Pédagogie positive: la voie vers plus d’égalité ?

Pour rappel, les pédagogies positives ont pour principe de s’appuyer sur la vie réelle des élèves. L’enseignement est organisé en ateliers individuels ou collectifs et les matières sont apprises par tâtonnement expérimental: jardinage, menuiserie, peinture, comptabilité,…

Ce qui compte, c’est le "bain de vie", l’action, et l’apprentissage par la pratique.

Ceux qui ont suivi ces pédagogies sont convaincus depuis longtemps de leur efficacité, mais ces méthodes sont désormais testées directement sur le terrain grâce à des projets réunissant chercheurs et enseignants, ce qui leur donne plus de poids.

Ainsi, dans un article rédigé par le professeur de psychologie Olivier Houdé (et auteur de "l’école du cerveau"), la pédagogie Freinet, analysée à la lumière des neurosciences dans le magazine Cerveau & Psycho n°116, apparaît comme une pédagogie efficace.

Par ailleurs, selon les résultats d’une récente étude menée par le biologiste Scott Freeman, le système du tâtonnement expérimental et de l’engagement actif pour apprendre serait également efficace. Non seulement parce que cette méthode permet à l’enfant de cultiver sa curiosité, de faire des erreurs, mais aussi d’ajuster ses gestes et de consolider peu à peu son apprentissage. La mémorisation est en outre stimulée par le plaisir ressenti lorsque les erreurs diminuent et les résultats s’améliorent.

De l’envie à l’apprentissage

"De mon expérience d’instituteur dans une classe Freinet à Louvain-la-Neuve, au début des années 80, je garde, comme souvenir le plus fort, le cercle que nous formions chaque matin avec les enfants pour commencer la journée, assis par terre, témoigne un ancien enseignant. L’expression y était libre, l’un racontant une activité ou un événement du week-end, de la veille, du matin même, l’autre un rêve de la nuit, etc. Autant d’éléments apportés spontanément par les enfants, et dans lesquels nous puisions pour élaborer le programme de la journée".

Car tel est le principe de la pédagogie Freinet: partir des intérêts et de la vie réelle des élèves. Comme Maria Montessori, Célestin Freinet croyait à l’élan vital des enfants, mais structuré par le travail cognitif plutôt que par le jeu. L’enseignement se déroule en ateliers individuels ou collectifs, où l’on apprend les notions essentielles (français, maths, sciences, etc.) par le tâtonnement expérimental.

Auto-correction, auto-apprentissage et collaboration

Les élèves "Freinet" pratiquent aussi le "texte libre" qui consiste à écrire ce qu’ils veulent, seuls ou en groupe. Puis, certains textes sont choisis pour être imprimés dans le journal scolaire, qui est ensuite diffusé aux autres classes.

Olivier Houdé a pu noter une forte motivation des enfants car ils apprécient s’exprimer librement et être écoutés dans leurs intérêts et passions.

Chaque élève a par ailleurs un plan individuel de travail avec des objectifs et des tâches à accomplir.

Les contrôles de connaissances sont de leur côté effectués en auto-correction. L’enfant évalue ainsi son propre apprentissage (dont il est parfaitement acteur) et les fiches autocorrectives sont complétées par une appréciation portant sur la discipline, la propreté et la vie communautaire. L’aspect collaboratif est donc très développé au sein de la classe mais aussi vers d’autres écoles, par jumelage.

Amélioration des performance et paix retrouvée

Un test a été mené dans une école primaire d’une banlieue lilloise défavorisée pendant 5 ans par Yves Reuter (professeur émérite à l’université de Lille et fondateur de l’équipe de recherche en didactiques Théodile). Il est apparu que cette méthode a amélioré de façon spectaculaire les performances des élèves, notamment dans la qualité du langage et les textes écrits. Autre résultat remarquable: les violences et les incivilités ont disparu et les élèves les plus faibles ont pu s’intégrer grâce au pan collaboratif de la pédagogie Freinet.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...