Contenu de partenaire

La remédiation est-elle efficace ?

Certains élèves sont en avance, d’autres suivent et certains stagnent. Pour aider ces derniers, l’école va bien souvent mettre en place des séances de rattrapage, des heures de remédiation, une étude dirigée, ou un stage de mise à niveau…

Régie des Médias Régionaux
La remédiation est-elle efficace ?

Selon le dictionnaire Larousse, la remédiation vient du terme "remédier" qui signifie "soigner (un problème de santé) avec un remède." On dit aussi: "Remédier à une carence, à une défaillance, à un défaut, à une lacune…" Ce mot est également utilisé dans le sens pédagogique pour "remédier" aux problèmes scolaires.

La remédiation se concrétise aujourd’hui dans nos écoles via deux approches différentes:

• La remédiation immédiate, qui se vit durant l’apprentissage direct. Dans ce cas, l’enseignant prend le temps de répondre à des besoins qui se manifestent afin de "résoudre" directement les difficultés. L’enseignant se montre proactif (il anticipe les difficultés), interactif (il échange avec ses élèves pour jauger la compréhension du sujet travaillé), et rétroactif (il fait le point avec ses élèves en fin de séquence d’apprentissage).

• La remédiation différée, qui s’effectue en général en dehors de l’apprentissage en classe. L’enseignant constate des manquements et programme des moments de remédiation. Soit, il assume cela seul dans ses heures de cours, sur le temps de midi ou de récréation, soit il envoie ses élèves au cours de remédiation donné par un de ses collègues. Cette remédiation peut également prendre en charge des problèmes plus anciens.

La remédiation est-elle efficace ?

D’après une étude de l’Ufapec, le constat semble morose. Les équipes pédagogiques s’essoufflent à organiser vaille que vaille des remédiations. Or, les élèves perdent peu à peu confiance en eux et en leurs capacités si le dispositif n’est pas adéquat et ne répond pas à leurs besoins. Le décrochage scolaire s’installe et la motivation des élèves décline. N’y a-t-il pas moyen de faire autrement ?

Les solutions relevées par l’Ufapec seraient notamment de multiplier les manières d’expliquer ou d’aborder la matière, notamment en passant par d’autres enseignants que ceux qui sont titulaires du cours. Les enseignants devraient également être formés au travail collaboratif, à la différenciation, à l’accompagnement personnalisé et au suivi des élèves à besoins spécifiques. L’école devrait enfin se montrer attentive aux progrès de l’enfant, mais aussi anticiper les difficultés qu’il pourrait rencontrer et, dès lors, mettre en œuvre les remédiations nécessaires à la poursuite de son parcours scolaire.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...